Comédie française : chronique d’Annie Chénieux

article publié le: 11 - 06 - 2016

Parmi les sites de chronique comédie française que j’ai visité, celui d’Annie Chénieux a captivé mon attention. Elle y présente un théâtre des variétés, un programme tout entier, des projets en cours et des histoires à raconter.

theatre-300x188.jpg

Parmi les sites de chronique comédie française que j’ai visité, celui d’Annie Chénieux a captivé mon attention. Elle y présente un théâtre des variétés, un programme tout entier, des projets en cours et des histoires à raconter. Pour le seul plaisir de vouloir partager des connaissances, j’ai l’honneur de vous proposer le chronique théâtre de la talentueuse Annie Chénieux, bien établie et remplie de surprises ! Bonne lecture !

Kyoto forever 2 : L’histoire du futur

Juste pour confirmation de la tournée, le théâtre sera présenté sur scène le 8 décembre à Évry, les 11 et 12 décembre au Théâtre-Sénart, le 9 et 10 mars 2016 à Montpellier, le 10 et 12 juin 2016 à Grand T à Nantes. « Frédéric Ferrer se base sur des réalités scientifiques et fait théâtre du théâtre des grandes réunions internationales. Accrédité par le gouvernement français, il a pu assister aux conférences de Bonn en 2008 et de Lima en 2014. De ce travail d’observation, de ses connaissances des dossiers, est né un spectacle atypique, basé sur des matériaux réels (enregistrements, discours, documents, rapports, graphiques, projections…) qui plonge au cœur du jeu diplomatique, avec des interruptions de séance et des solutions esquissées (utopiques ?) qui font la part belle à la comédie française et  au spectacle humour. Les acteurs internationaux, et polyglottes, plus vrais que nature, sont d’une efficacité imparable » décrivait Annie Chénieux.

La fin de l’homme rouge : les voix de la Russie de Svetlana Alexievitch

Cette pièce de théâtre est réalisé à partir de témoignages d’hommes et de femmes de tout âge à l’époque des gouvernements communistes. « La fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement », sorti en 2013, a été écrite pour cerner une tentative de recherche sur « l’Homo sovieticus ». L’écrivain, Svetlana Alexievitch, a su transformer son œuvre en véritable comédie française. Il a su décrire ce que ressentait une enfant durant la vie capitaliste. Avec son talent de « visionnaire », il se fait attribuer le prix Nobel de la paix, les critiques ont qualifié son chef d’œuvre « comme une littéraire et non pas en historienne ». Ce théâtre de la renaissance se présentera sur scène jusqu’au 7 décembre. « Il y a une odeur de poudre dans l’air », affirmait Annie Chénieux.

Les rêves perdus d’une génération

"Les rêve perdus d'une génération" est inspiré par des faits réels. À la vue des idéaux qui se sont effondrés, la nouvelle génération d’aujourd’hui est rattrapée par la jalousie, les rivalités et la réalité. Cette pièce de Pascal Rambert est interprétée par 4 comédiens prestigieux et qui resteront anonymes jusqu’au jour de la présentation. « La parole est une sève », c’est le thème qui englobe tout le théâtre en entier. Les scènes sont rythmiques, pesantes, pensives et permettent à la fois d'écouter musique, les genres musicaux prestigieux. « Jeunes gens, réveillez-vous ! Ils sont comme les battements d’un même cœur » disait Annie Chénieux. Âme sensible, s’abstenir !



Ne ratez pas d'autres articles dans la même thématique

Commentaire